L’assassinat du cheikh Ghié, un tournant grave et dangereux

3-Français 

Le secrétaire général du Hezbollah a fermement condamné l'assassinat d'un uléma à Tripoli, au Liban-Nord. 
Cheikh Saadeddine Ghiyé a été abattu mardi matin 12 novembre à bout portant par deux inconnus circulant à mobylette, dans le quartier de Bahsa, à Kobbé, dans le centre de Tripoli. Le dignitaire religieux a été mortellement blessé d'une balle dans la tête alors qu'il montait dans sa voiture. 
Sayed Nasrallah : l’assassinat du cheikh Ghié Un tournant grave et dangereux«Ce meurtre est une atteinte à la voie de la résistance et à toute personne favorable à l'unité et au rapprochement entre les musulmans», a affirmé sayed Nasrallah lors d'une allocution tenue à l'occasion de la huitième veillée de l'Achoura. «C'est une atteinte à tout individu dont les priorités diffèrent de celles de certaines parties takfiristes régionales et à toute personne ayant le courage de manifester son opposition à l'égard du takfirisme et du meurtre au Liban et dans la région». 

http://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=10911&cid=342#.UoQUsnBHJvF

Cheikh Ghié (43 ans) avait échappé à une tentative d'assassinat. Membre du Front de l'action islamique (FAI), qui regroupe les organisations sunnites libanaises proches de la résistance au Liban et du gouvernement syrien, il avait été blessé il y a quelques mois par une grenade lancée en sa direction. 
Sayed Nasrallah a regretté l'insouciance et l'ignorance de l'assassinat du cheikh Ghié par certains blocs parlementaires et parties politiques qui prétendent défendre la sécurité des Libanais. 
«Cet assassinat est le signe que les événements de Tripoli commencent à prendre une tournure grave et très dangereuse, susceptible d'affecter non seulement la ville même, mais tout le Liban», a-t-il souligné. 
Le secrétaire général du Hezbollah a enfin invité les autorités officielles «à prendre très au sérieux ce crime qui place le Liban au bout du gouffre».
Quelques heures après le meurtre du cheikh Ghié, le Hezbollah avait publié un communiqué dans lequel il a condamné l'assassinat de ce religieux , le qualifiant de «crime terroriste contre un symbole islamique éminent».
«Cet acte odieux est le fruit du discours provocateur véhiculé par certains protagonistes dans la ville de Tripoli et d'autres régions libanaises pour empoisonner le climat général dans le pays», a précisé le texte. 
Le Hezbollah a appelé la justice libanaise à dévoiler et à traduire en justice les auteurs de ce crime odieux afin de barrer la voie à la zizanie qui menace les Libanais. 

Write a comment

Comments: 0